Compagnie Sebastien Azzopardi

FIGAROSCOPE : Mission Florimont



FIGAROSCOPE : Mission Florimont
MISSION FLORIMONT, une chevauchée délirante
Théoriquement, nous sommes en 1534. Le chevalier de La Courneuve, Florimont, traîne des pieds, car François Ier lui confie une mission secrète dangereuse et le garçon ne tient pas à quitter sa morne existence de prof de banlieue. Mais le roi de France menace de trucider sa famille s'il ne lui obéit pas et le voici donc parti avec Jean-Christophe, son étalon en polystyrène, destination Constantinople, pour une épopée délirante à multiples rebondissements. Le texte coécrit par Sébastien Azzopardi, comédien de formation, et Sacha Danino, ancien journaliste, s'appuie sur un fait historique réel : la tentative d'alliance du roi de France avec Soliman le Magnifique pour contrer l'hégémonie de Charles Quint. « Le contexte géopolitique est respecté, le pape Clément VII refusait que François Ier s'allie avec un Turc », signale Sébastien Azzopardi, qui signe également la mise en scène échevelée avec Romain Canard. Cette « comédie chevaleresque à trente personnages, mais beaucoup moins de salaires », est portée par une bande de copains talentueux : Sébastien Castro, dans le costume du vaillant Florimont, avait été nommé aux Molières pour Le Comique de Pierre Palmade, Julie Victor (remarquable chanteuse), Guillaume Bouchede, Erwan Creignou, une armée à lui seul, et Olivier Soliveres. « C'est l'époque de Ronsard, du Bellay, Nostradamus… Nous avons essayé de faire ce qu'on ne voit pas habituellement au théâtre avec une grande liberté. Nous voulions que les gens qui connaissent l'histoire de France puissent trouver des faits justes et divertir les autres », souligne Sébastien Azzopardi qui produit par ailleurs Les Caprices de Marianne au Lucernaire. ]ib[

FIGAROSCOPE : Mission Florimont
Critique
On n'avait pas ri ainsi depuis longtemps. Souvent, les comédies sont inégales ; pourtant, ici, tout est bon du début à la fin ! On mettrait bien cinq étoiles luxe à ce petit bijou drolatique en diable, complètement fou. Les auteurs, Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, 33 ans chacun, n'en sont pas à leur premier méfait. Ils ont déjà commis Le Tour du Monde en 80 jours, qui a converti les zygomatiques les plus ankylosées. Mais où vont-ils chercher tout ça ? Copains de lycée, les deux trublions fans d'histoire ont discuté « à bâtons rompus » avant de trouver leur sujet : une histoire décalée dans le temps, un spectacle de cape et d'épée loufoque fortement arrosée d'anachronismes. C'est peu de dire que l'« essai » est réussi. On est conquis par les jeux de mots - du verlan parfois -, les références à l'actualité, au cinéma, à la chanson, les parodies de comédies musicales… Bref, précipitez-vous !

L'autre succès
Sébastien Azzopardi et Sacha Danino se sont déjà déchaînés en adaptant Le Tour du Monde en 80 jours, le roman de Jules Verne. Actuellement toujours à l'affiche du Café de la Gare (01 42 78 52 51), cette comédie burlesque, créée au Lucernaire en mai 2006, a dépassé la 850e représentation et été plusieurs fois récompensée, notamment par le prix du public au festival d'Anjou en 2007. « Nous nous sommes beaucoup inspirés des albums d'Astérix d'Uderzo », indique Sébastien Azzopardi.
Nathalie Simon (Figaroscope) - 01/07/2009

Mission Florimont , Théâtre Tristan Bernard, 64, rue du Rocher (VIIIe). Tél. : 01 45 22 08 40. Horaires : du mar au sam à 21 h et sam à 18 h. Durée : 1 h 45. Places : de 16 à 35 €.

Lu 3929 fois

Nouveau commentaire :

P.S : le webmaster s'autorise à ne pas publier un article s'il ne correspond pas à la Chartre du site.