Compagnie Sebastien Azzopardi

VISIOSCENE : L'Eventail de Lady Windermere



VISIOSCENE : L'Eventail de Lady Windermere
Accessoire élégant destiné à battre l’air, l’éventail de Lady Windermere fait battre les cœurs. Celui de son mari, de sa mère, et le sien. La brillante comédie d’Oscar Wilde trouve ici une force nouvelle. Une incontestable réussite.

Femme fidèle et soumise, tenant en haute idée les liens du mariage, rien ne destinait la douce Lady Windermere à croiser les pas de la scandaleuse Madame Erlynne. Pourtant son mari fréquente cette femme libérée, lui versant des sommes colossales. Un soir au cours d’une fête, il l’impose à son épouse dans son propre salon, au regard de toute la bonne société londonienne de cette très puritaine époque victorienne. Ici, les hommes et les femmes se regardent vivre comme deux clans rivaux condamnés à s’attirer, se séduire, où se supporter, et l’irruption de Madame Erlynne n’aurait pu qu’être anecdotique. Il n’en est rien ; le drame se noue dans une gravité secouée de légèreté, dont Oscar Wilde a le secret.

Geneviève Casile est sublime du début à la fin. Tout en elle crée l’événement sur scène : sa présence, les variations de sa voix, ses regards, ses sourires, sa théâtrale entrée dans un costume à faire pâlir ; rien de surfait ni de forcé, elle est elle-même : grande. Sans pour autant écraser ses partenaires, bien au contraire, elle joue avec eux de la plus belle manière. Sébastien Azzopardi, qui signe également la mise en scène, passe d’un registre de dandy pince-sans-rire à celui de l’angoisse, avec une brillante dextérité ; le reste de la distribution est parfait. Le décor, composé de quelques pièces de mobilier luxueux brillant sur fond noir, est à l’image de cette création : une mise en lumière de chaque personnage sur fond d’une époque saturée de convenances mondaines. A voir et à aimer.
François Varlin-octobre 2006

Lu 4587 fois

Nouveau commentaire :

P.S : le webmaster s'autorise à ne pas publier un article s'il ne correspond pas à la Chartre du site.